Le syndrome de l'imposteur - YATUU : YATUU Le syndrome de l'imposteur - YATUU

Le syndrome de l’imposteur

syndrome de l'imposteur

syndrome de l'imposteur

#1 – Doutes

syndrome de l'imposteur

La première fois que j’ai entendu parlé de ce syndrome de l’imposteur c’était en début d’année mais à ce moment-là je n’avais pas bien compris ce que c’était. J’ai fais quelques recherches la semaine dernière et honnêtement je ne pensais pas correspondre à ce point-là aux symptômes. Je suis tombé sur un questionnaire et il n’y avait plus aucun doute là-dessus ^^’ En tout cas ça m’a vraiment fait du bien d’en parler.
Si ça vous intéresse : https://www.passeportsante.net/fr/psychologie/Fiche.aspx?doc=syndrome-imposteur

 

J’en profite pour vous dire aussi que je ferai un live mardi 17 juillet à 21h !
Je me suis dit que ça serait sympa de terminer ensemble la mise en couleurs des dernières planches qu’il reste ^^ Pas d’inquiétude vous ne verrez pas les dernières pages de l’histoire pour ne pas spoiler les personnes qui attendent le livre papier pour la lire la fin du tome 1.
A très vite ! ^^
ma chaîne : https://www.twitch.tv/yatuu_officiel

16 Juil. 2018

Erika et les princes en détresse La vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

63 commentaires

  • reploid

    On va t’entendre éternué ?

  • Illyria

    Intéressante cette planche, merci d’en parler! Et j’espère que le succès d’Erika va t’aider à avoir plus confiance en toi, parce que tu le mérites! Félicitations de refaire un autre live aussi 😀

  • Pompon

    Ah oui je connais bien ça 😀 tellement que j’en ai arrêté d’écrire il y a un an et demi et je n’ai pas retouché à un stylo depuis ! TT

  • Arthur

    Je comprends totalement.
    Pour ma part, je peins des figurines et j’ai ressenti (et ressens toujours) cette même sensation lorsque je rencontre d’autres peintres.
    En tout cas c’est super d’avoir réussi à en parler. J’espère que ce projet t’a vraiment fait du bien et t’aidera pour la suite

  • Aerinn

    C’est bien que tu sois allée voir quelqu’un pour t’aider à gérer ça psychologiquement, se rendre compte de ce qu’on a c’est déjà un énorme pas en avant, surtout si on prend les devants pour que ça change ! 😀
    j’ai exactement le même problème que toi ^^’ Je suis aussi aidée et j’ai appris à corriger pas mal de comportements dus au manque de confiance en soi et au syndrome de l’imposteur, par contre la culpabilité de ne pas TOUJOURS travailler comme une dingue tous les jours de la semaine, ça je n’arrive pas encore à l’atténuer (mais ça viendra en son temps XD)

    Je ne sais pas si c’est ton cas, mais j’ai aussi le syndrome du « valet », tu sais, quand tu ne reconnais ta valeur qu’au travers du regard des autres, quitte à faire des choses qui ne te plaisent pas ou qui t’épuisent pour les contenter.
    Tu as tout le temps besoin de reconnaissance et tu as peur du rejet. Ça marche bien avec le syndrome de l’imposteur : quand les gens te félicitent, tu sens que tu es bien. Plus les gens te félicitent et t’encouragent, plus tu prends confiance en toi. Mais du coup tu as constamment besoin d’être encouragée et félicitée pour avancer parce que seule tu as l’impression d’être nulle. Le problème c’est que du coup, t’as une peur énorme d’être rejetée si les gens n’apprécient pas ce que tu fais, et même quand tu n’as qu’un seul avis parmi des tas qui est un peu plus négatif, ça te plonge dans la tristesse et le doute (« je le savais que j’étais nulle ») et ça te met la pression.

    Et donc tu bosses énormément et tu deviens perfectionniste, tu as du mal à dire « non » aux gens, surtout quand ça touche à ton travail, et tu t’épuises à la tâche dans le but d’être toujours bien vue de tous. Et lors de la sortie d’un tome, tu passes ton temps à te demander si les gens vont être déçus, s’ils ne vont pas laisser tomber ton histoire, et qu’est-ce qu’ils vont penser de la suite… etc … Parce que s’il y a le moindre essoufflement d’enthousiasme extérieur tu le prendras comme un échec (je suis en plein dedans et ça me bloque pour faire le storyboard de mon tome 3 parce que je suis persuadée que les gens vont se lasser XD Je pense que tu connais bien cette sensation ha ha ^^’)

    • Aerinn

      Oups, désolée j’ai pondu (encore) un pavé XD

    • C’est dingue je me reconnais beaucoup dans ce que tu as décris, c’est… trop ça O__o Limite ça m’a fait peur XD C’est un gros travail à faire sur soi-même pour essayer de surmonter ça mais comme tu dis, le fait de se rendre compte de ce qu’on a c’est déjà énorme, le fait de tout mettre à plat m’a fait beaucoup de bien 🙂
      Je ne pensais pas que tu vivais la même la chose et malheureusement j’ai l’impression qu’on n’est pas les seules surtout quand t’es autodidacte… ^^’

    • Ciloo

      eh ben chui ptêtre développeuse web, mais ce que tu décris c’est mot pour mot ma situation haha ^^ lire ce genre de choses aide aussi à se sentir moins seule, à se dire, ok , ça n’arrive pas qu’à moi, j’suis pas si bizarre… enfin quand même un peu 😀

  • AndarielleHime

    Et bien grâce à toi j’ai enfin mis un doigt sur ce que j’ai 8D ! Il faudrait peut-être que je pense à consulter quelqu’un aussi, ce syndrome me ronge la santé, car je passe mon temps tout comme toi à me dénigrer et dénigrer ce que je fais. Moins au travail maintenant car je me rebiffe (bonjour job alimentaire, il faudrait vraiment que je change de cursus), mais dans le privé et l’artistique c’est une vrai plaie malgré tous les encouragements de mes proches… Au final je n’arrive pas à m’accrocher au positif et le négatif se placarde devant moi comme un mur infranchissable.

    Si tu en parles librement aujourd’hui, c’est sans doute que tu le vis mieux et que tu continues à te battre contre, n’arrête pas ce que tu fais, tu auras toujours des gens qui aimeront ton travail 😀 !! ( => comment ça je devrais l’appliquer à moi ? *fuit*)

  • Pierre

    Je vis ça dans mon boulot depuis des années. Avec l’expérience, ça va en s’arrangeant.

    Et sinon, parmi toutes mes BD dédicacées, la tienne est une de celles que je préfère 🙂

  • Oros

    Sur 7,5 milliard de personnes, t’en connaît beaucoup des gens capables de vivre de leurs BDs qu’ils publient en ligne ?
    Moi à par Maliki, j’en vois pas des masses 🙂
    Donc, tu fais partie des 0,0000…% des terriens qui ont réussit !

    Et franchement, oui tu as du talent !
    Personnellement, je ne sais pas dessiner aussi bien que toi ni raconter de façon aussi drôle des histoires.
    En plus, être capable de dessiner des personnages aussi émouvant et attachant avec aussi peu de traits, moi je dis chapeau l’artiste 🙂

    Et puis, le fais que tu trouves des défauts dans tes anciennes publications veut dire que tu t’es amélioré. Ce qui est super positif !

    Sois fière de ce que tu accomplis 😀
    Et prends soin de toi 😉

  • Azlyght

    c’est la première fois que je lis que le syndrome de l’imposteur peut aussi entraîner une tendance à sur-travailler pour compenser ce qui est perçu comme un manque de compétence, c’est intéressant, merci ^^

  • Negens

    J’ignorais que ce sentiment a un nom ! C’est vrai que ça fait du bien de pouvoir nommer et visualiser précisément quelque chose qui nous pèse. J’ai parfois eu ce syndrome également, dans ma vie professionnelle, sportive ou artistique (même si j’ai honte de dire « artistique » juste parce que j’ai un peu écrit… Même le fait de gagner des concours n’aide pas vraiment à donner de l’importance à ses productions, on se dit que c’était juste des coup de chance).

    Personnellement, c’est mon compagnon qui m’a aidé à prendre plus confiance en moi et, petit à petit, j’apprends à ne plus me dévaloriser systématiquement. Mais c’est long et compliqué comme processus ! J’ai encore beaucoup de mal à assumer de ne plus être débutante en sport par exemple.

    Bref, tout ça pour dire qu’on est de tout coeur avec toi ! Tu as du talent, ça ne fait aucun doute ! Que ce soit au niveau du dessin (ton style est adorable <3), de la narration (qui est rafraîchissante) ou encore de tes idées et des valeurs que tu véhicules. Tu as trouvé un public qui est prêt à te soutenir et ça, c'est la vraie preuve de la qualité de ton travail !

    Courage pour la colorisation des dernières pages et ménage toi toujours des pauses pour souffler et penser à autre chose 😉

  • Celynette

    Oh punaise O_o… je savais pas que ça portait un nom. C’est tout moi ça ! C’est une des raisons pour laquelle j’ai arrêté le graphisme, ne me sentant pas légitime parce que je n’ai pas fais de grandes écoles de communication comme tout le monde et ne sachant pas faire de web. Ça m’a déprimée, et j’ai arrêté.
    Aujourd’hui j’en suis toujours pas sortie et je suis paumée professionnellement. Ça va loin XD

  • Camille

    Ah oui, ça m’arrive sans arrêt ! Ca commence un peu à disparaître après d’innombrables compliments et remarques positives sur ce que je fais, mais je n’en suis pas débarassée.
    En tout cas ce n’est pas une fatalité !! Et découvrir le concept et admettre qu’on est touché est un très grand pas pour en sortir 🙂

  • Tymoche

    Je connaissais pas « l’overdoing » mais on m’a aussi parlé du syndrome de l’imposteur en parlant de moi, il y a tout juste un mois de ça. J’ai pas plus cherché que ça.

    Mais pour expliquer, j’ai fait plusieurs créations lumières, de la régie son et lumière. Sauf que pour moi, il ne s’agit que de faire des dessins sur des feuilles, de répondre à une demande du metteur en scène qui veut quelque chose et d’appuyer sur des boutons. Et j’avais peur que ça ne soit pas assez pour avoir un dossier me permettant d’aller en Master 2. Lorsque j’en ais parlé à une personne et de mes doutes quant à tout ça et à ma légitimité dans mon travail et en master.

    Et du coup, je me reconnais beaucoup dans ce que tu décrivais. J’ai aussi l’impression que n’importe qui peut faire mon travail. Je veux dire, c’est juste appuyer sur des boutons pour faire de la lumière, lancer des sons. Je fais des réglages supplémentaires, je ne sais même pas s’ils sont utiles ou nécessaires mais le fait que je les fasse, je me dis que ça donne un peu plus de valeur à mon travail.

    Après, je n’en souffre pas trop. Je veux dire, je ne me tue pas à la tâche non plus, physiquement, je me porte bien, j’ai juste une estime de moi très aléatoire. Mais je me dis qu’il faudrait que je trouve un moyen de m’en « débarrasser » mais j’ai du mal à voir comment.

  • CourbesGenereuses

    hum, si si, c’était bien un burn-out !! mais c’est bien, tu as su repérer les symptômes et lever le pied à temps ♥
    je te conseille très vivement de faire un tour sur le site https://effervescience.fr/ que je trouve juste génial, car en plus d’être super pédagogique (pedagogeek comme dit Sandra, son auteur 😉 ), tu trouveras un livret (gratuit) super sympa qui explique tres bien en quoi consiste le burn-out et te donne des pistes pour l’éviter.
    PS : je n’ai pas d’actions chez elle, j’ai « juste » traversé un beau BO, et son site m’a bcp aidé à aller de l’avant ♥♥

    petit conseil d’une « imposteuse » aussi : à chaque réussite, tu bâillonnes la ptite voix qui dit des trucs nuls, puis tu fais l’effort de te remémorer que ce n’est pas la 1ère fois que tu fais un truc chouette !! et si tu as autant de monde qui te suis, c’est que tu AS du talent !! apres, à toi de fournir le travail, raisonnable 😉

    • Merci pour le lien j’ai vu la vidéo c’est très bien expliqué (en plus avec Game of Thrones xD) donc oui effectivement c’était bien un burn out… je vais essayer de suivre tous ces conseils ^^
      Merci à toi !

  • Marie

    T’as pas intérêt à laisser tomber le tome 2!!! Sinon je… je… je vais pleurer…. T_T

    Courage, tu es douée et en plus tu évolues et tu crées, c’est magnifique! vas-y fonce!

  • Phoebe

    J’admire ton travail, on a toutes tes BD à la maison et on attend patiemment Erika ! Mais c’est perturbant de lire ton strip, c’est comme si je lisais mes pensées !! J’ai eu un score de 73 au test d’expérience de l’imposteur ! En pleine reconversion professionnelle, je doute constamment et suis super exigeante avec moi-même. Alors je te comprends.
    Merci de partager ça en toute transparence. Tu peux avoir confiance en toi, tu as du talent, et un style absolument unique et naturel. Continue comme ça 😉

  • ioba

    Bonjour,
    imaginez-vous que Boulet à eu le même syndrome…. (voir Notes tome… je-sais-plus-lequel)
    Salutations

  • loretlail

    Hello,
    Merci pour ce que tu fais, c’est toujours aussi bien <3, et merci pour le lien. Je viens de découvrir que ce que je ressens a un nom. Ben c'est plutôt agréable.

  • Benjamin

    fan depuis le premier jour ^^

  • Throwawayaccountornotidk

    Aucun rapport mais ce qui me choque le plus c’est le « autrice »… « Auteur » ne se met pas au féminin comme pour le mot « soldat » par exemple ! Bon, j’admets que certains « féministes » cherchent à rajouter un féminin pour chaque mot exclusivement masculin mais la plupart de ces cas n’ayant pas de sens ne sont pas « corrects ». (Dans ce cas ci, « auteur » est plus neutre que masculin puisqu’il est également souvent utilisé dans le sens « l’auteur d’un acte/quelque chose » qui est sensé rester neutre). De plus, une grande partie de ceux qui souhaitent quand même utiliser un féminin pour ce mot utilise « auteure » puisque à l’oral il est moins « choquant ». (bien qu’il ne soit pas correct en prenant compte de sa racine latine).

    Breeeeeeeeeeeeeeeef, je ne dis pas ça pour être méchante mais parce que ça me choque de le voir (et encore plus dans une BD d’une excellente artiste telle que Yatuu !) et parce que je le considère comme une faute d’orthographe comme pour énormément de personne.

    (A propos de ce strip, je comprends parfaitement ce que c’est. J’en souffre à un point maladif et pour TOUT ce que je fais. Je trouve que c’est peut-être dû à mon estime de moi (de moi-même ?? c’est tellement étrange de l’utiliser pour soi-même) qui est extrêmement basse en plus de mon perfectionnisme. Une véritable horreur ! J’espère que tu arriveras à le surmonter car tu fais un boulot génial ! Ah et félicitation pour ta campagne !! Bien que je n’ai pas pu participer, j’espère pouvoir trouver un exemplaire quelque part quand je pourrais me le payer. Je pense que c ‘est la preuve (ou l’une des multiples preuves) que tu mérites ton succès et bien plus encore. Si tu trouves que tes premiers livres ne sont pas beaux, regarde ce que tu faisais quand tu étais petite ! Personnellement, ça m’aide à comprendre à quel point j’ai progressé et à me rendre compte que c’est normal de ne plus être satisfait de ce que je faisais il y a très longtemps même si j’en étais fière. Peut-être que ça t’aideras aussi !)

    • Benjamin

      Bonjour Throwawayaccountornotidk,

      Le terme autrice est utilisé par les femmes créatrices de BD pour sortir de l’invisibilité. Ce que la sonorité de la formule auteure ne permet pas.
      –> Les Etats Généraux de la BD ont établie dans leur rapport que si les auteurs de DB sont précaires, les autrices le sont encore plus.
      Ce mot vous choque pour l’instant, mais dite vous que cette faute d’orthographe permettra peut-être de faire évoluer le débat sur la position de la femme dans le monde de la BD.
      Pour plus d’info : http://bdegalite.org/

      • Throwawayaccountornotidk

        Au lieu de se battre pour changer un simple mot ne vaudrait-il mieux pas se battre pour quelque chose de concret ? L’égalité des salaires ? Les mettre en avant ? Le féminin d’un mot dont la plus grande partie de la population se moque (dans tous les sens du terme) ne changera rien. C’est le cas pour la plupart des mots uniquement masculins mais comme vous l’avez mentionné les auteurs de BD sont rares et peu remarqués. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’étiquette « féministe » (dans le mauvais sens) est collée à celles qui font ce type d’initiatives et cela fait qu’elle n’aboutira à rien. De plus, ne vaudrait-il mieux pas se mettre d’accord sur un même terme dans ce cas-là ? Parce que personne ne sait lequel utiliser puisque aucune des personnes voulant un féminin pour « auteur » n’est d’accord et cela embrouille plus les gens qu’autre chose…

        • Bloub

          Le mot « autrice » n’est pas faux.

          La langue évolue, et tout comme l’écriture inclusive, le féminin reprends une place qui se veut plus présente dans la langue.

          Moi je continuerai à utiliser le mot autrice, tout comme écrivaine, soldate, cheffe, etc. 😉

        • Benjamin

          Je vous propose deux pistes et je me retire de la conversation car à la base ce poste de Yatuu traite du syndrome de l’imposteur (tien une réflexion à avoir sur ce mot ^^) et malgré le talent et la qualité de contenu que nous lui reconnaissons tous, vous ne supportez pas le fait de rendre le féminin visible au point d’en faire votre sujet principal.

          Je vous propose donc deux pistes, libre à vous d’y réfléchir :
          1 – Partir du principe que le mot féministe peut avoir « un mauvais sens » signifie que les mots ont du sens, « Autrice » a du sens, à nous de définir lequel.
          2 – Pour se « mettre d’accord sur un même terme » il faut qu’il y ai un débat. Pour que ce dernier est lieu il faut que chaque partie utilise les nouveaux mots pour les intégrer. Rejeter un mot juste parce qu’il est féministe ne revient’il pas à dénigrer le mot pour la personne qui le prononce et non pour l’évolution que l’on veut donner à son sens et donc fuir le débat ?

    • Zouzou

      Le mot « autrice  » existait autrefois, jusqu’au XVIe siècle, ça ne date pas d’hier, ce n’est pas une lubie de feministes. Il a été rayé des dictionnaires quand ces bons messieurs de l’académie française ont décidé que certains métiers étaient exclusivement masculins. Tout un tas de mots qui étaient autrefois utilisés au féminin ont donc été purement effacé quand il parlait de tache noble ou de l’esprit, les femmes étant forcément inférieure, voire incapables en certains domaines.
      C’est donc un juste retour des choses que de voir ce mot – pas très joli, certes, mais est-ce que le mot  » aviatrice  » est joli, par exemple ? C’est encore un concept sexiste que de chercher des  » jolis  » mots pour l’usage feminin ! – réutilisé à bon escient. Ce n’est pas une faute de français, c’est une réappropriation importante. Après chacun est libre d’utiliser les mots qu’il souhaite, non ? Il y existe aussi le syndrome du grammar nazi, je crois… 😀 😀 😀

      Pour plus d’info sur l’usage du mot « autrice », un exemple des nombreux articles parus sur le sujet : http://sexes.blogs.liberation.fr/2015/05/31/le-mot-autrice-vous-choque-t-il/

  • Ralph

    C’est marrant, j’ai eu exactement les mêmes problèmes avec la programmation 😮

    Je pensais pas que c’était aussi fréquent… Comme j’étais tout le temps entourés de génies et de vétérans avec plus de 15 ans d’expérience et qui ont travaillé dans des milieux extrêmement prestigieux, forcément, à côté j’avais l’impression d’être une fraude, avec mon éducation full-autodidacte et mon absence totale de diplômes. Encore pire à partir du moment où j’ai trouvé du boulot avec des gens qui ont, allez… 10x mon expérience pro’ et qui sont bardés de diplômes ? Là, j’avais littéralement l’impression d’être l’imposteur ultime et d’avoir comme seul rôle d’être capable de faire perdre du temps à des gens plus compétents que moi.

    Et je compte pas les heures de travail que j’ai passé pour me sentir légitime, je crois que le pire que j’ai pu faire, c’est une série de 3 à 4 jours (je me souviens même plus combien exactement) sans dormir juste pour enchaîner sur des projets :c

    tl;dr : Faut jamais se dénigrer, on a tous du bon en soi et des compétences qui peuvent reluire <3 Faut juste pas cracher dessus, ni trop prendre la grosse tête, et surtout faut être fier de ce qu'on fait, même si on finit par le trouver imparfait !

    • Ciloo

      branch Ralph / branch Ciloo -> git diff Ralph / Ciloo -> Contents are identical (… ouais bon en gros idem ici quoi ^^)

  • Bonjour Yatuu !

    Il m’est déjà arrivé de lire quelques une de tes notes, et je dois dire que j’aime bien 🙂 .

    Celle-ci est très… révélatrice.

    Je n’avais jamais entendu parler de ce « syndrome », mais ta note me parlait beaucoup, alors j’ai fait le test… résultat:
    … 82

    Ça explique bien des choses.

    La mini dépression que je me suis tapé l’autre jour, ma tendance à faire autre-chose alors que je dois bosser sur mes planches (comme stagner sur Facebook et tomber sur cette note par exemple), la fatigue constante qui me pèse dessus etc.
    Moi qui me croyait « simplement » fainéant et déprimé…

    Merci, grâce à ta note je vais peut-être arrêter de me flageller (mentalement), constamment 🙂 !
    (Et de faire des notes… hm, passablement glauques).

    Merci encore, vraiment 🙂

  • Spiritomb

    Je ne connaissais pas du tout ce syndrome! Merci d’en parler, ça m’est souvent arrivé de ressentir ça au point qu’un jour, j’ai fini par faire de l’anorexie… Je suis contente de voir que je suis pas la seule à être dans ce cas!
    Merci encore pour tout ce que tu fais! J’adore Erika et j’ai hâte d’avoir l’album entre les mains! 😀

  • Je n’ai pas encore reçu le tome 1 que je veux déjà la suite ! Ne t’inquiète pas, il y aura toujours des lecteurs têtus qui refuseront d’avoir dans leur bibliothèque un tome isolé et solitaire alors que ses copains sont en vente !

    Je me suis reconnue dans ta planche. A chaque fois que je regarde les stats de mon blog ou qu’un bloggeur que j’admire (en secret, bien entendu) partage mes articles ou qu’un inconnu m’envoie un message pour me féliciter j’explose de joie … avant de me laisser envahir par les doutes et ce syndrome assez désagréable.
    Parfois j’ai tellement peur de voir les mails de félicitations ou d’encouragements disparaître que je les lis d’un trait, en apnée, une première fois puis je les ferme. Je ferme mes yeux. Je les frotte bien fort et si le mail est toujours là j’hésite à le rouvrir une deuxième fois pour y répondre. Ce n’est pas pratique et c’est même assez contre-productif mais ça passera. Un jour. J’espère.

    Bonne continuation à toi

  • DinoBoy

    Je viens de découvrir ce petit strip que tu as fait et en fait je me suis énormément reconnu, juste la situation qui est (un peu) différente, je compatis, je vis ça au quotidien et je sais que c’est pas facile mais sache que j’admire énormément ton travail, tu as un talent fou et tout ce que tu auras fait aura payé à un moment ou un autre, je te souhaite une belle continuation!

  • Kaywi

    Aah, tu es tellement une inspiration, tu sais ! Tu es toujours le plus honnête possible et c’est très enrichissant, merci du fond du coeur !
    J’adore ton travail, et j’espère que tu iras mieux bientôt ! ^^ C’est important la santé, hein, fais bien bien attention à toi ! -^-
    J’avoue ne pas pouvoir dire que j’ai déjà vécu ça, parce que je suis encore assez jeune et que je n’ai encore jamais vraiment publié mes créations, mais je pense comprendre et je soutiens à fond !

    (par contre j’avoue que je déteste l’écriture inclusive, oui ce petit « nul.le » je l’ai vu u.u bien sûr tu fais ce que tu veux et chacun à son avis sur le sujet, mais je trouve que ça rend les phrases beaucoup plus lourdes et que ça enlaidit les mots, et les mots c’est si beaux au naturel ; -;)

  • Zouzou

    En tant qu’autrice indépendante ( de romans fictions ) (ça sonne comme « autoproclamée » pour certains), je souffre de ce syndrome que je connais depuis des années, maintenant. Je crois qu’il peut atteindre n’importe qui, en fait. Je me dis que c’est pas trop grave, finalement… Heureusement que nous ne sommes que des artistes et pas des pilotes d’avion ou des chirurgiens ! 😀 Courage : en vieillissant, ça passe un peu…

  • Leni

    Aerinn, je suis tes planches et c’est géniale alors arrête de te prendre la tête :p C’est grâce à des artistes comme vous (Aerinn et Yatuu) que perso j’arrive à me dire que moi aussi je peux le faire ^^, même si j’ai beaucoup de mal à me lancer parce que, soit je suis pas sécur financièrement, soit je suis juste en temps pour poster de manière régulière Xp oui c’est peut-être des excuses parce que je flippe aussi XD). J’adore vos histoire donc continuez !! On veut la suite même si on vous le dit pas forcément!!! >< (et je regrette de pas avoir su pour le Twitch hier T.T

  • BaGamman

    Ouai je connais.
    En fait, plus exactement, j’ai contractré des symptômes similaires suite à un stage que je n’aurais JAMAIS dû faire en dessin il y a quelques années.

    J’ai toujours aimé redessiner , comme mon père, et j’ai commencé en fin de collège a reproduire et modifier des dessins avec un style un peu franco manga. Des dessins comme ça, j’en ai fais au crayon des centaines durant 2 ans. J’en faisais au moins un par jour. Jusqu’au jour où j’ai fais l’erreur de me rendre a des sessions d’atelier de dessin durant les vacances.

    Comment dire… Dans les faits, on m’a juste dit que j’avais un soucis de proportions, et que des fois mes dessins n’étaient pas droits. Mais ça a cassé quelque chose en moi, impossible de définir quoi exactement. Disons que c’est comme sortir un gamin de son enfance et sa naïveté pour le plonger dans la froideur des problèmes d’adultes. Normalement, si ça se fait doucement, je suppose qu’on s’améliore doucement. Mais moi, c’était tellement brutal que ça m’a complétement bloqué.

    Depuis, et ça m’affecte encore aujourd’hui, je suis complétement incapable de tenir un crayon et dessiner a la seule vue comme je faisais avant. J’ai le sentiment, aussi absurde que tenace, de ne pas avoir le droit de dessiner, de blesser jusqu’a mon sujet même, de peur de lui donner une morphologie atroce.

    Alors, bon, j’arrive quand même a dessiner sur ordinateur maintenant. Les systèmes de layers m’aident a passer outre le sentiment de faire du difforme, mais c’est pas pareil, les sensations sont différentes. J’aimais la sensation du crayons sur le papier.

    Sinon, ça n’a absolument rien a voir, mais on t’as déjà dit que ton « avatar » ressemblait vachement a Madeline du jeu Celeste ?

  • Vivien Girard

    Salut Yatuu, comment va ?

    Tout d’abord, merci pour cette note, avec démonstration par l’exemple à travers ta personne ; se mettre à nu (si j’ose dire) quand on est pudique n’est pas chose aisée. Félicitations encore.

    Je profite de cette occasion pour t’écrire afin de raviver le souvenir d’une expérience de lecture commune : le manga « Bakuman ».
    La citation de cette oeuvre n’est point anodine puisqu’elle servira de base pour une meilleure compréhension de la suite de ce message (ainsi qu’à toutes celles et ceux ayant eu le plaisir de parcourir ladite oeuvre. Pour les autres, je vais détailler au mieux ; et pour commencer, go sur ce lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bakuman.#Synopsis).

    J’attire l’attention sur ce manga car une mise en relation s’est réalisée lors du passage sur « l’overdoing ».

    Tu as décrit le phénomène comme une boulimie de travail dont l’objectif est l’excellence (par l’amélioration de son style narratif/graphique, d’où augmentation des compétences et obtention d’une légitimité technique garantissant la maîtrise de son sujet). En bref, tuer le doute par la logique : « J’peux pas faire de la merde ! J’ai 94 de level en dessin ! ».

    … Il me semble que la légitimité se trouverait davantage dans la relativisation de cette conception de la précellence.

    Pourtant, cette même logique est celle portée aux nues dans « Bakuman » (au début…).

    Développons : à travers le duo « Muto Ashirogi » (un pseudonyme désignant deux mangakas -le dessinateur Mashiro et le scénariste Akito-), nous suivons le périple d’auteurs dans le monde de l’édition japonaise.

    Dès le premier tome, il est question du « syndrôme de l’imposteur » (ex : dans le tome 1, quand Mashiro considére ses premiers personnages encrés comme ratés, malgré l’appréciation positive de son comparse Akito) et, au fil des albums, « d’overdoing » à fond les ballons (justifiés de moult façons : être crédibles devant l’éditeur, gagner des concours de popularité et se maintenir dans ces derniers, entrer en compétition avec les autres auteurs en la présentant comme une saine émulation -pain béni pour la qualité du magazine de prépublication*, de même que la carrière des éditeurs-).
    [*Vous ne savez pas ce qu’est un « magazine de prépublication » ? Petit exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Weekly_Sh%C5%8Dnen_Jump%5D

    Dépassement de soi, acharnement et autres qualités du même tonneau… Rien d’étonnant pour un manga édité dans un magazine « shônen » (à plus forte raison s’il appartient au sous-genre du « nekketsu » [shônen : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sh%C5%8Dnen ; nekketsu : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nekketsu%5D.
    Petit problème indirect : on donne alors une image positive de ce qui deviendra de « l’overdoing » (à travers l’excitation et le joyeux emballement des protagonistes ; une petite preuve ? Regardez attentivement cette page et chaque case : https://www.pinterest.fr/pin/423690277421248783/).
    Si l’on s’arrêtait sur cet élément, « Bakuman » pourrait être considéré comme un « fabriquant d’overdoing en puissance », à plus forte raison s’il est pris comme modèle pour des apprentis mangakas (sans l’expérience, ni la connaissance, allez faire le tri entre les passages réalistes -assez nombreux… Surtout, vécu personnel, avec une prof’ de manga, ancienne publiée, comparant les scènes du manga avec sa pratique- et ceux non-réalistes ; quand on est néophyte, l’identification et le tri deviennent chemin de croix).

    Heureusement, les créateurs de « Bakuman » avaient une plus grande hauteur de vue.

    Premier point : les conséquences de l’overdoing, mise en scène sur l’un de leurs principaux protagonistes, Mashiro (vol.6, chap. 44, p.190)… Qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le cas du mangaka de « HunterXHunter » (http://www.kana.fr/des-choses-que-vous-ignorez-surement-sur-lauteur-dhunter-x-hunter/).
    SPOILER ALERT : situation critique aboutissant à une opération médicale pour le dessinateur du duo Muto Ashirogi.
    Deuxième point : la prise de distance pour ce même duo dans leur course à la réussite ; ces derniers, bien après l’incident de Mashiro, décidant non plus d’aller toujours plus vite, mais au contraire de prendre leur temps afin d’observer, de penser et d’opter pour les meilleures décisions (vision approuvée par leur éditeur, Akira Hattori -avis : « c’est l’histoire du meilleur éditeur au monde… »-, considérant cette prise de position tel un signe de « maturité »).

    Avec toi, ainsi qu’Ôba et Obata (mangakas de « Bakuman), l’avertissement est donné. Merci bien.

    Malheureusement, cette prise de position responsable n’est pas partagée.
    Le cas rapporté sera celui d’une conférence avec Ken Akamatsu (créateur du manga « Negima », « Love Hina », etc.), lors de la 16ème Japan Expo (2015).
    Lors de la séance des questions, j’avais sollicité le point de vue de M. Akamatsu sur les conséquences du rythme de vie d’un mangaka sur l’organisme humain (avec divers arguments pour expliquer la raison de ma demande : un article révélant le planning de Shiibashi Hiroshi -https://www.manga-sanctuary.com/news/10293/le-planning-charge-d-un-mangaka-du-jump.html- ; la tentative d’un des auteurs de « manfra »* [*comprenez « manga français »], invité au même salon, ayant voulu faire de même, mais jetant l’éponge devant le constat sur son état de santé ; une liste de mangakas souffrant des excès de leur pratique artistique -que vous pourrez découvrir dans cet article, au paragraphe « des mangakas à bout de forces » -https://www.20minutes.fr/culture/1950887-20161104-fin-naruto-auteurs-editeurs-lecteurs-acheve-bien-mangas-]).

    Sa réponse fut un contournement qui, pour faire bonne figure devant le public et son éditeur (peut-être aussi quelques journalistes, mais sans garantie) , à virer au stupide (avis personnel).
    De mémoire, il expliqua que certains mangakas avaient eu du souci, mais la nouvelle génération était constituée de super-guerriers, devenant super-saïyens au moment de rendre leurs copies à temps.

    Vis-à-vis de cette nouvelle génération et pareillement pour toutes les personnes avançant sur une voie menant à l’égarement plutôt qu’à la félicité, je trouve ta position plus louable et généreuse face à cette affliction où l’effort devient abus.

    P.S. : pour Aerinn, qui de nous deux fera le plus gros pavé ? Qui va nous dépasser ?

  • Jaimeléponé

    C’est « rigolo » j’ai fait mes premières dédicaces en salon cette année et j’ai ressenti exactement la même chose face à des gens comme toi ou Maliki que je considère déjà comme le haut du panier. Parce que oui tu fais partie du haut du panier avec ton expérience, ta popularité, ton niveau de dessin…
    Perso je ne me considère même pas comme auteur, je n’ai aucun projets personnel publié, je n’ai fait qu’être la petite main qui dessine les envies des autres (éditeurs, scénaristes…), et je ne ressentais aucun mérite à faire ces dédicaces pour cette BD qui n’a rien à voir avec mon univers perso, que j’ai fait juste pour pouvoir vivre et parce que le sujet ne me déplaisait pas trop. Je connaissais déjà le syndrome de l’imposteur depuis un moment, et je savais déjà que chez moi ce n’est pas juste un passage à vide, c’est chronique, c’est ma vie de tous les jours qui est comme ça. Je ne sais pas si ça peut se soigner, mais une chose est sûre c’est très dur de vivre avec ça, et on vit dans un monde qui n’aide pas à reprendre confiance en soi.

  • Personnellement, je comprends complètement ce feeling puisque je fais du photoshop et que c’est très difficile de se dire que se que tu fais t’appartiens vraiment quand la plupart des trucs que tu fais ne sont même pas des dessins. Ça fait chier et je te comprends. Pire, j’ai commencer à stresser à mort récemment grâce à quelques hit sur Reddit qui ont fait 150 000 à 200 000 vues par poste. Je devais me préparer psychologiquement à poster parce que je me disais que ce que je faisais n’était le résultat que de la chance. J’ai même des problèmes pour dormir maintenant, un vrai cancer quand tu dois faire des études. Anyway, merci pour le comic strip, je te connaissais pas avant mais j’ai vraiment aimer.

  • Ha ben oui, le syndrome de l’imposteur, c’est limite si on boit pas des bières ensemble, lui et moi ! Avec le temps, j’ai juste appris à le cacher sous le tapis, bon an mal an…
    J’espère pour toi que tu arriveras à te sortir de ses pattes, il n’y a qu’à voir tous les gens qui suivent ton boulot pour te convaincre que tu as ta place ! (je sais, s’il suffisait de ça, ça serait simple, mais ça va quand même mieux en le disant)

  • Laura

    OH MON dieu ! je viens de faire le test, c’est tellement moi aussi !!! Je pensais pas mettre une définition sur ça ! merci d’en avoir parlé, maintenant faut que je bosse dessus. En tout cas courage et sache que j’adore ce que tu fais, c’est bien et ca mérite tout ce que tu crois ne pas mériter. C’est toi toute seule qui en est arrivée là et pas la chance… 🙂 🙂 🙂 xoxo

  • AlfredLePingouin

    Bonjour,

    Je voulais vous demander … Je n’ai pas vu passer la campagne Ulule … Dites-moi qu’il y aura moyen de se procurer les albums quand même !! Pitié, dites-moi qu’il y a quand même moyen !!

    • Hello, on fera sûrement un shop en ligne à la fin de l’année avec l’album en vente seul, sans les goodies (ceux-ci seront vendus à l’unité) 😉

      • AlfredLePingouin

        Oh merci !! J’ai hâte d’avoir un nouvel album de vous dans la bibliothèque. Je déteste ne pas avoir la collection complète

  • L(ça fait mystèrieux....)

    Je suis une dessinatrice amateur de manga (donc une mangaka XD) donc oui je ressens souvent ça ,la pression de décevoir c’est horrible mais quand ça m’arrive j’ai une technique me poser sur des dessins que j’ai fait y a quelques années pour le dire que j’ai progressé !!XD(ouais….en fait c’est une mauvaise idée je vais pleurer encore plus à la vu de c’est horreur….)

  • L(ça fait mystèrieux....)

    Ne doute pas de tes capacités !!!tu dessine ULTRAAAAA bien est ça c’est bien parce que tu as du TALENT et que tu as de L’IMAGINATION !!!!sinon super strip,merci de nous faire partager des craintes et de te confier,on d’identifie facilement à tes propos ,et ça c’est chouette (smile*)
    PS: j’aime bien mettre des truc important en majuscule

  • Kami

    Prendre conscience du problème c’est déjà mettre un pied en dehors du soucis !

    Gardez courage, il y a bien des approches pour se libérer du manque de confiance. J’en connais qui n’osais même pas rentrer dans les boutiques et qui se sont transformés.

    En travaillant sur soi, bien des choses deviennent possible ! On est limité par des choses dont on peut se défaire. Le manque de confiance est une situation, qui peut se transformer, et certainement pas une fatalité !

    Et à titre personnel, je prend grand plaisir à lire les histoires de ce blog. Donc gardez confiance, pour pouvoir nous faire rêver !

  • AliceHolmes

    J’ai hâte de voir ou cette super aventure va nous mener 🙂
    Oui j’ai déjà connu cela …. Mais dans le monde du cosplay … Je ne pense pas être au même niveau que toi ^^’
    Mais j’ai aussi du mal à dire et accepter que c’est mon talent qui a fais mes costumes. Mon talent et mes petites mains ^^ Car il faut le dire, dans ce monde la il y a pas beaucoup de reconnaissance…. Cela deviens un peut comme la mode… A cause des concours bien sur ^^ Mais bon on avance quand même. Il faut surtout s’entourer de gens qui nous veulent du bien 🙂 et sans rien attendre en retour. Car on donne c’est ce qu’il compte on finira par recevoir 😀

  • JonathanMM

    Quand j’ai découvert que ça existait il y a quelques années, ça m’a aidé à aller mieux. Je suis ingénieur en informatique, et quand je suis sorti d’école pour rentrer dans le monde du travail, ça a été dur. Notamment à la fin du premier mois, quand le salaire tombe pour la première fois, que le montant est énorme (dans mon secteur, on commence sa carrière généralement au dessus des 2 000 €/mois) alors que je ne savais pas faire grande chose, puisque je venais de sortir d’école mais en plus, j’étais en pleine formation sur des technologies que je découvrais, du coup, j’apprenais beaucoup mais j’aidais peu l’entreprise.
    Réussir à mettre un nom sur le problème aide beaucoup, et il y a fallu plusieurs mois voir un ou deux ans pour que ça passe vraiment (du moins dans mon boulot, je ne le ressens plus). Il m’arrive encore de ressentir ça mais de façon plus modéré quand j’obtiens une nouvelle responsabilité par exemple.
    Avoir un bon entourage (dans mon cas, les collègues de boulot ont beaucoup aidé et m’ont fait me sentir bien) m’a énormément fait du bien. J’espère que tu prends du plaisir à faire ce que tu fais ! Et continue dans cette voie, tu dessines très bien et tes histoires sont très intéressantes à suivre, j’en prends beaucoup de plaisir !