Il était une fois

137

Share Button

18 Comments

  1. Encore une fois Bravo et merci de mettre le doigt sur les abus des entreprises, toujours avec humour et style.
    Encore !!!

  2. Waaaah qu’elle histoire 🙁
    Courage à lui.

    Super dessins encore une fois 🙂

  3. C’est malheureusement devenu la banalité cette histoire. C’est ça le plus triste. :/ Courage à ce gars pour s’en sortir et sortir de ce cercle infernal.

  4. Ce qu’il ne savait pas c’est qu’on peut obtenir une convention avec pôle emploi, gratuitement. Je le sais car un ami y a eu recours ayant été dans la même situation… bon courage à lui!!

  5. Hé oui, c’est vraiment la lose… Courage à lui!

  6. c’est honteux !!!
    courage à ce héros des temps moderne, en souhaitant qu’il divorce vite de sa moitié, la dette qui n’est pas fait pour lui !!

  7. Ma-gni-fi-ques !

    Les dessins je veux dire…

  8. Comme dirait la marionnette de Lionel Jospin dans les Guignols : « Pays de maiiiiiirde ! »

    Fraîchement diplômée mais toujours à la recherche d’un emploi. Je dois avoir la lèpre j’pense… ToT

  9. Je préfère encore faire des petits boulots plutot que d’accumuler les stages. Yatuu, ça n’a pas été votre choix et je le respecte, mais je trouve que payer 300 balles voire plus comme cette anecdote pour faire une « expérience » qui n’est même pas vue comme telle, être payé une misère (donc mettre que dalle de côté) et passer aux yeux des employeurs pour des jeunes qui au fond aiment se faire exploiter en acceptant d’être stagiaire illimité, c’est pas forcément une solution adéquate….tout le monde n’a pas votre talent, votre coup de crayon, pour se faire connaitre… Moi ma force, c’est l’écriture, mais je n’ai pas les moyens d’écrire un bouquin, et « l’ouvrir » pourrait plus me porter préjudice qu’autre chose.

    A ceux qui ne trouvent pas d’emploi : sincèrement, un stage, voire 2 en plus de ceux que vous avez faits ça va…mais après, privilégiez plutot un job alimentaire, il n’y a pas de sot métier et il y a TOUJOURS de bons côtés à valoriser des expériences qui ne coincident pas totalement avec notre voie de départ. Et dans cette anecdote, le jeune homme essaie de trouver un CDI…C’est logique, mais un CDD dans sa branche, c’est déjà beaucoup, se fermer juste aux CDI, c’est laisser passer de belles chances…

    Un an et demi que je recherche un emploi dans ma branche, et je viens à défaut de signer un petit CDD d’un mois renouvelable en tant qu’hotesse de caisse dans un supermarché, et c’est pas plus mal.

  10. C’est honteux! Je compatis pour le jeune homme en question, mais à sa place peut-être aurais-je préféré demmander un CDD pour commencer (cela dit peut-être que le résultat aurait été le même).

  11. Shetty : Certes mais quand on vient d’obtenir son diplôme, la priorité n’est certainement pas de s’inscrire à Pôle Emploi, ça fait quand même (un peu) défaitiste, non ?

  12. Jadee : Pôle Emploi pourtant est une garantie de ta situation de chômeur et peut te faire bénéficier de certains avantages. Dabord, une couverture sociale. Difficile d’être suivi par la sécu quand tu n’es pas déclaré nulle part, pas même au pôle emploi. Ensuite, ce sont eux quand même qui t’aident à avoir des indemnités chomage quand tu peux y prétendre et ce n’est pas rien quand tu es en recherche d’emploi. Et quand tu n’as pas d’indemnités, tu as le droit quand même aux quelques aides genre transports pour les entretiens d’embauche, aide au déménagement etc etc Et ça peut aider aussi à avoir des réductions dans certains lieux culturels.

    Alors personnellement, une fois mon diplome obtenu, moi je me suis inscrite au Pôle Emploi juste après, NON ce n’est pas être défaitiste, car moi ça m’a permis d’être encore couverte par la sécu et d’être encore inscrite dans une des cases de la société, et pas en électron libre, ce qui causerait plus de soucis côté administrations.

    Après, c’est vrai que le PE n’est pas très utile en temps normal, il vaut mieux se débrouiller sans eux dans la partie recherche en elle même.

  13. oh oui, nous en avons besoin du courage!!!

    Moi, je cherche un stage voir deux stages sur une période d’un an, à partir de juillet 2012, et je galère.. Le problème, s’est qu’il faut toujours une « première » expérience.. EUH bonjour je CHERCHE MA PREMIERE EXPERIENCE!!!! mais ils ne le comprennent pas!
    y a que le piston qui marche de nos jours..ça me tue..

  14. Hahaha vous me faites marrer avec vos histoires 🙂

    Je bosse depuis (seulement) une dizaine d’années, j’ai connu l’interim, l’intermittence, les CDD, un CDI, le freelance… et si vous voulez écouter les conseils d’un bientôt vieux con :

    – N’acceptez JAMAIS les stages (sauf si votre école vous oblige, bien sûr) – c’est juste un moyen pour la boite d’avoir du talent frais… sans frais, et TOUT travail mérite salaire, mettez-vous ça dans le crane. Tant que y’aura des étudiants qui continueront d’accepter de se faire exploiter, y’aura des boites pour vous proposer des stages photocopieuse ! ne laissez pas le « travail gratuit » se généraliser si vous voulez sauver votre future carrière.
    – Ne vous focalisez pas sur le CDI, de toutes façons dans moins de 3 ans vous voudrez aller voir ailleurs,
    – Malgré son austérité, le Pôle Emploi a plus à vous apprendre que vous ne le pensez 😉

    Sympa le blog 😉

  15. Cela ne m’est jamais arrivée, quelle horreur (enfin, cela dépend du patron, lol !) !!

  16. Merci de dénoncer les abus de notre société !

  17. Merci Yatuu pour ces dessins très frais!
    J’ai vraiment adoré, et beaucoup rigolé à tous ces croquis. Un beau petit moment, je te souhaite tout le meilleur.

    La vie de stagiaire que tu fais partager, ça m’a énormément interpellé.
    J’appelle ça rien de plus que de l’exploitation de l’homme par l’homme, une nouvelle ingéniosité que notre époque perdure.(cultivons les détails historiques!)

    Pour faire partager une expérience banale, j’ai fait et je fais encore parti de ce système là. (mais j’ai décroché un cdd!!miracle).
    Quand j’ai fait mon stage en haute couture, (étudiante en design de mode), j’ai été atterrée de voir que pour une structure de 8 employés, pas moins de 15 stagiaires. Non rémunéré bien-sûr. Même pour une petite portugaise qui était là depuis 6 moins (qui a dit que c’était illégal?). Pas d’aide au logement ni au transport (c’est pas comme si Paris était la ville française la plus chère …).

    Mais ce n’était rien comparé à ma toute première expérience. C’était plutôt la vie en noir. En rajoutant ces conditions, notre maître de stage était … une stagiaire! de notre niveau. Le boss (artiste) ne bossait que sur des toiles (en fumant des pétards …) Tout ça dans une cave sordide, sans sanitaires, ni air conditionné (rajoute les vapeurs toxiques des bombes de peinture et de la beuh qui macèrent). Pour finir par faire son déménagement pendant trois semaines pendant qu’il se la coulait douce.
    Bien-sûr sans compter les heures sup’ et tout le toutim.
    Ce qui m’a fait le plus rire, c’est quand notre boss nous a plaint en nous apprenant le bon vieux temps où tout stagiaire devait être rémunéré. On a eu droit à un exposé sur la bonne foi que devrait avoir les employeurs en nous payant, etc. Alors que lui-même ne nous payer pas!! (ce qui n’est pas interdit, mais je crois qu’il l’avait oublié!)
    Véridique!

    J’en rigole maintenant.
    Mais sérieusement, la pointe d’humour lucide de tes dessins m’a rappelé à quelle échelle cette exploitation se passe, et dans quelles conditions. Je trouve ça un peu triste.

    Pour tous ceux qui incitent à ne pas choisir de stages par lucidité, je pense que c’est surtout au niveau législatif que le travail est à faire. Obligatoirement. Car il y aura toujours un pigeon, pardon un stagiaire, pour prendre la place de celui qui la refusera.

    Voilà, je souhaitais juste partager à mon tour ces expériences avec toi. Et bon courage pour la suite. Tu fais de belles choses! (qu’il faut soutenir par l’achat de tes prodigieuses bd!!!)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 YATUU

Theme by Anders NorenUp ↑