La touche féminine

286ok

12 Fév. 2016

La vie

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

31 commentaires

  • Yuko

    Un plat féminin c’est un plat qui n’est pas trop riche en calories. Parce que c’est bien connu, une fille ça fait toujours attention à son poids.

  • Marion

    Même remarque avec les vins, certains seraient « féminins » (sous entendu, plus doux et fruitée et donc plus indiqués pour le palais d’une femme). ça me gonfle quand un serveur fait ce genre de remarque au restaurant : je veux juste un bon vin! Genrer les aliments et les boissons ça devient n’importe quoi…

  • Percylegallois

    Un truc qui veut rien dire inventé par des marketeux qui essaient d’avoir l’air intelligents, comme « convivial » qu’on trouvait à toutes les sauces ya quelques années ou « digital ».

  • Fred

    Je pense que c’est culturel.

    A une époque, cela voulais dire certainement beau, rafiné, etc, mais cette expression est restée ancrée !

  • trinity14

    Voilà une excellente question, à laquelle j’aimerai bien moi aussi connaitre la réponse !!
    Je suis bien curieuse de voir si d’autres commentateurs vont se risquer à essayer d’y répondre !!
    Excellent post en tout cas !!

  • Bonjour,

    La touche féminine est… un peu tout ça ! Délicatesse, joliesse,…
    Et la touche masculine est… est… une absence de touche féminine ? Une délicatesse de, au choix, rugbyman ou camionneur ?
    Mais quid de la part féminine présente en chaque mâle, fusse-t-il rugbyman ou camionneur ? Et de la part masculine présente en chaque femme ?
    Un cuisinier a-t-il le droit d’ajouter une touche féminine à ses plats et une cuisinière peut-elle en faire l’omission ?

    Philippe

    P.S. : un « truc joli » est masculin…

  • J’avoue que c’est complètement con cette histoire de touche féminine en fait xD

  • Benjamin D

    Je pense qu’une touche féminine en cuisine c’est une question d’harmonie des saveurs, douceur et légèreté…. OU, c’est une excuse de gourgandins pour dire qu’il n’y a pas beaucoup à manger dans la dîtes assiette ! en faisant une référence aux régimes qui sont plus pratiqué par les femmes (et vous avez raisons !) mais dans ce cas là c’est méchant 🙁

  • Jade

    M’enfin Yatuu, les hommes ça ne sait pas cuisiner (sauf en haute gastronomie mais c’est pas pareil), c’est génétique, c’est donc normal qu’il n’y aie pas de touche masculine.

    Débarrassé de toute ironie: c’est une énième connerie sexiste de plus qui associe toujours les femmes à la douceur et à l’élégance en toute circonstance mais qui ne recouvre pas vraiment de réalité précise et qu’on peut donc mettre à toutes les sauces.

  • La touche féminine, ça veut pas dire que la cuisinière a mis la main (ou le pied) dans le plat ? Oo

  • Vewo

    Je me suis posée la même question, tiens. Toujours en suspens.

  • David

    C’est un plat qui donne pas envie de péter ?

    Salade => féminin
    Cassoulet => Masculin
    🙂

  • Coki

    Féminin et masculin sont des adjectifs qui seraient censés représenter ce qui fait la nature des hommes et des femmes (et qui forcément serait non seulement différente, mais contradictoire). Une fois dit ça on se rend bien compte que ça n’a absolument AUCUNE justification, c’est donc une construction culturelle et sociale… comme le genre.
    Selon les attributs de genre, le genre féminin serait doux, délicat, attentionné, la petite biche innocente qui gabade en papillonant des cils. Le genre masculin serait attaché à la virilité, la puissance, la rudeur, l’efficacité, l’asbence de sensibilité. Le bucheron, quoi. Vous la sentez, la belle nuance ?

    Merci Yatuu de montrer à quel point ces stéréotypes sont débiles et même nocifs (puisqu’ils nous empêchent d’explorer des comportements qui ne correspondent pas à notre genre, aujourd’hui toujours rattaché à notre sexe), en mettant l’autre en face de ses contradictions ! Et vive la télé qui essentialise toujours plus ce que devraient être hommes et femmes selon ses standards…

  • Toto

    On parle de gastronomie. Un univers essentiellement masculin, où les plats expriment bien souvent la personnalité des chefs.
    La touche féminine revient à dire que certains traits de personnalité sont communs à des femmes chefs et s’expriment dans l’assiette d’une certaine façon reconnaissable par les dégustateurs. Ce peut être moins d’utilisation des goûts très forts, une attention particulière à la couleur dans l’assiette, plus de simplicité dans le travail des ingrédients ou toute autre singularité qu’on retrouve plus fréquemment chez les femmes chefs. Bref, c’est affaire de spécialistes et c’est extrêmement conjoncturel. Avec l’augmentation des chefs femmes, ce vocable disparaîtra au profit d’autres spécificités identifiées.
    Enfin, il ne faut pas surinterpréter les qualificatifs employés dans les dégustations qui sont des codes simplificateurs d’une sensation très complexe (cf. des tannins ronds, serrés, fondus, etc.)

  • Nina

    C’est de la merde la touche féminine !!!! XD
    Merci Yatuu pour ton super poste 😀

  • Rouleau

    Moi je pense qu’ils ont mis les touches « atl », « 1 » et « 2 » dans l’assiette, car alt + 12 ça fait ♀. J’ai bon?

  • DoT

    C’est de la merde. Ça veut rien dire BAAAAAH désolé T.T

  • Je suis fan aha 🙂
    Et perplexe aussi, comme toi…

  • Julien

    Rolala, quand je lis les commentaires ça crie tout de suite au sexisme !
    Bah oui effectivement, la touche fémine se rapporte au côté délicat et l’attentiin du détail et de l’esthétisme là où les hommes ont juste besoin de manger et s’en foutent un peu que ça ait l’air beau du moment qu’il y’en a dans l’assiette !
    Maintenant, c’est juste une expression, c’est culturel, on peut l’utiliser sans pour autant avoir d’arrière pensée sexiste.
    Acharnez-vous plutôt sur ceux qui disent que votre homme pour le rendre heureux faut juste lui donner à manger en quantité. Ça c’est sexiste et c’est juste une croyance populaire. Les femmes aussi sont de mauvais poil quand elles ont la dale.
    Il reste que quand même, même quand on aura vaincu de nombreux stéréotype, les femmes ont besoin de moins de calories quotidiennement qu’un homme, c’est physique et ça, ça ne changera jamais. L’égalité des sexes ça n’existe pas, elle a une limite. On peut s’en approcher et il peut toujours y avoir certaines femmes qui ont besoin de manger plus que certains hommes mais notre corps est ainsi fait que les femmes ont besoin de moins de calories par jour qu’un homme. La touche féminine aura toujours un sens même dénuée de la notion de délicatesse et d’esthétique, elle pourra toujours se rapporter à la quantité présente dans l’assiette (mais les petites quantités se présentent mieux, le côté épuré est plus esthétique que quelque chose qui encombre visuellement et travailler le détail sera toujours plus facile et faisable dans les temps sur une petite quantité donc on y revient à la délicatesse et à l’esthétique). Bref, cest une expression de la langue française, ça ne sert à rien de vouloir la banir sous couverts d’accusations sexistes. A vouloir tourner le volant de l’égalité des sexes trop violemment, on va finir dans le fossé. Y’a des choses sur lesquelles la société doit encore évoluer (la carrière, les tâches au foyer…) et d’autres qui ne changeront pas et c’est normal. Anatomiquement, nous ne sommes pas les mêmes (mettons le même barême à l’école pour les fil’es et les garçons en saut en hauteur, vous allez voir si elles vont pas tirer la tronche les filles, pourtant y’a bien des garçons avec des petites jambes et qui font la taille des filles et qui sont notées 7 pour un sait qui vaut 20 chez une fille).

    • La fourchette au feminin

      Jusqu’à la puberté filles et garçons peuvent être mis sur le même pieds d’égalité, c’est biologique. Mais dès que les hormones débarquent et chamboulent tout (façon de parler), physiquement on est plus sur le même pied d’égalité. Mais ta remarque sur les barèmes scolaire et les garcons petits ou les filles grandes est très vraie. En revanche, cette histoire de plat féminin c’est de la foutaise, un plat reste un truc à manger … Yatuu, oui ça doit être dû aux fleurs posées dessus …. Sexiste, oui peut être, perso je suis une femme qui cuisine comme un pied, et qui se fout royalement de la présentation de son plat et des éventuelles fleurs dessus, cela me rend il moins féminine ? Je ne sais pas, je vais demander à mes strings en dentelle ce qu’ils en pensent….. Mais une chose est sûre, que je préfère une assiette bien garnie et sans fleur, cela ne me rend pas moins féminine, cela me rend sûrement moins superficielle. Mais ceci n’est que mon avis ….

    • Yosh-888

      Bravo Julien ! Je pense tout pareil que toi, sauf que j’avais la flemme de l’écrire… ^^’

  • Marou

    Une touche féminine, c’est une touche de génie, non ?
    Et pour répondre à Romain : oui, le problème est que c’est culturel, et qu’il s’agit d’une culture traditionnel paternaliste qui pénalise aussi bien les femmes (forcée d’être douce et délicate, nulle en math et douée en dessin), que les hommes (cantonnés dans un rôle où il n’est pas permis de pleurer, de s’émouvoir). Mais bref, les associations féministe t’expliqueront ça bien mieux que moi (Un petit tour sur le site de mademoizelle, tu verras, tu y apprendra plein de choses)
    Quant à la gym, le but serait donc d’avoir un barème en fonction des possibilités de chacun, (en l’occurrence des tailles) et surtout de la progression, et non du sexe. Ce qui serait plus juste pour tous les courts-sur-patte dont je fais partie !

  • Stern

    J’ai posé exactement la même question à mon chéri quand on a vu cette émission justement! Mais je me la suis déjà posé en regardant Top Chef, par exemple. Hélène Darosse explique par exemple à la dernière candidate femme qu’il faut qu’elle fasse des plats féminins. Qu’est-ce que ça veut dire, sérieux?

  • Seri

    je pense q’une touche féminine, c’est quand on assauce le plat avec un peu de règles de femmes.
    Bon appétit